Coca-Cola au centre d’une fausse promotion frauduleuse.

Par Guy Fortin 9 mars 2021

Facebook : Coca-Cola au centre d’une fausse promotion frauduleuse.

On remarque que depuis ce 5 mars une potentielle nouvelle offensive marketing de Coca-Cola qui en fait, est un « scam ».

Mais qu’est-ce qu’un scam? 

C’est une arnaque, une technique d’hameçonnage, soit une manœuvre frauduleuse qui a pour but de vous soutirer des informations cruciales permettant aux fraudeur de voler votre identité, de vous soutirer non seulement à vous mais aussi les informations de vos contacts dans votre liste.

Ceux qui se cachent derrières ces tactiques n’ont aucune gêne d’utiliser les logos marques de commerces en changeant au minimum les noms ainsi que la formulation pour vous tromper en créant même des pages qui semblent être liés à la page originale, comme une simple sous-page de la maison mère.

D’ailleurs, n’avez-vous pas remarqué que certaines personnes semblent partager un régime miraculeux, un service de prêt douteux et même un emploi de rêve du genre voyagez à nos frais? En réalité, ils n’ont rien à voir avec ces partages et ne savent même pas qu’ils sont complices d’une supercherie.

En fait, tout ça découle du comportement de ce que j’appelle le « cliqueux compulsif » ou du « syndrome de l’index hyperactif » Je vais y revenir un peu plus loin. 

Par exemple, Coca-Cola est souvent l’une des victimes de ce genre de stratagème du à  son statut social, sa marque et sa présence dans le monde… mais détrompez-vous, le phénomène est beaucoup plus large. 

D’ailleurs, ces derniers mois, Amazon et Walmart ont été encore une fois au centre d’une fraude avec une page à  leurs noms, logo y ressemblant avec une identité de type Walmart Returns.

On remarque que depuis un certain temps, les fraudeurs ont amélioré leurs tactiques en créant des pages qui semblent officielles avec les logos d’entreprises locales ayant des identifications se ressemblant à s’y méprendre au point que seul l’œil aiguisé d’un analyste permet de le détecter.

Aussi d’autres publications faisant appel à nos sens, principes et valeurs, qui poussent les gens à la réaction et par le fait même vous interpellent au point de passer à l’action et cliquer.

Le piège est tendu et maintenant vous y êtes jusqu’au cou.

Ici un petit tour de ce qui est à l’évidence d’un piège pour un  « cliqueux compulsif » ou d’un individu frappé par le « syndrome de l’index hyperactif ».

Faisant appel à plusieurs caractéristiques de personnalité soit, le voyeur, l’insécur, l’informateur et l’obéissant (à ce qui est demandé dans le texte).

De un, l’analyse sommaire démontre que le lien envoie le cliqueur vers un lien non crédible en fonction de l’image.

De deux, il s’agit d’une image de presse.

De trois, à partir du mot aidez la police, un drapeau rouge devrait vous alarmer. Les policiers n’identifient pas les victimes par Facebook dans un accident de la route.

Bien qu’au départ, tout est là pour déceler l’arnaque mais la pratique revient de temps à autre, parce que ça fonctionne quand même pour eux.

Ha les petits chiens! On sait tous que les animaux de compagnie sont hors de prix et que l’émotion emporte la raison. Regardez bien, une photo de ce type ne vous sonne pas une petite sonnette d’alarme? APRÈS VÉRIFICATIONS.,c’est un faux compte..

Bien entendu le supposé vendeur va vous demander de payer des frais pour le bilan de santé, vaccin,certificat & transport si vous vous rendez là!

Une petite vérification de l’image sur google hum? je vous dis ça comme ça!

O.K…. et comment t’as fait pour m’envoyer ton texto alors que je n’ai pas d’application pour traduire les signaux de fumée!

Madame Louise s’est fait “hacké”?

Absolument, mais ici on parle de la conséquence du fait qu’elle a probablement cliqué sur un petit jeu qui semble à première vue insignifiant ou divertissant du genre “quel est ton nom indien” qui demande entre autres, de partager ton nouveau nom!

Non seulement elle a partagé son  nouveau nom de loutre lunatique, mais aussi sa liste d’amis, ses photos, ses informations personnelles de son abonnement Facebook. Possiblement même quelques données de connexions à d’autres sites de réseaux sociaux ou de vente en ligne dont elle se sert de la plateforme pour se connecter.

Bref, bien sans malice et involontairement, sa liste d’amis ainsi compromise, s’ensuit une réaction en chaîne qui pour ceux-ci, ayant une protection de compte au minimum dans leurs paramètres de vie privée réglée, de « inexistant à c’est quoi ça?”

Mais tout n’est pas tout noir.

Il ne faut pas céder à la panique et sortir des réseaux sociaux. Juste respecter quelques règles de sécurité de base comme

  • Sécuriser son compte avec de bons paramètres sur ce qui est disponible de voir sur votre mur.
  • Résister aux tentations de cliquer sur une publication trop intéressante sans analyser la présentation, l’écriture et la provenance.
  • Un concours oui, mais se fier uniquement sur les pages officielles.
  • Les partages d’une publication qui vous annonce une décennie de M… si vous ne partagez pas la photo d’une babylonienne quantité d’argent ou vous traite de sans cœur si vous ne partagez pas l’image d’un enfant sous-alimenté. Dites-vous qu’il y a autre chose derrière.

Bref, le jugement est fortement prescrit puisqu’il est trop facile de se faire berner et les fraudeurs le savent.

Mais que fait Facebook?

De mon point de vue, je considère que l’entreprise exerce un certain laxisme dû au fait qu’elle en tire un important revenu de ses annonceurs publicitaires et que ceux-ci vont investir dans une plateforme qui va leur offrir une excellente visibilité.

Cette visibilité est obtenue par la fréquentation, et cette fréquentation c’est vous, qui aimez le contenu ludique, informatif, utile et divertissant.

À leur défense, l’équipe de sécurité veille au mieux sur votre sécurité mais notez qu’en une minute, il se passe beaucoup de choses sur Facebook que 400 personnes qui le rejoignent. Toutes les 60 secondes, 510 000 commentaires sont publiés, 293 000 statuts sont mis à jour, 4 millions de messages sont aimés et 136 000 photos sont téléversées.

Ils comptent beaucoup sur leurs abonnés pour rapporter des comptes frauduleux, des publications détournées et les vols de comptes comme de données.

De plus Facebook n’est qu’un des réseaux sociaux parmi tant d’autres qui ont leur lot de malfrats à gérer.

Alors en conclusion, apprenez à avoir une pratique de navigation sécuritaire et si vous avez un doute, c’est parce que vous avez raison. Reste à maîtriser le spasme de votre index.

© Guy Fortin 9/03/2021

Vous avez aimé cet article? Partagez-le avec vos amis et faites-en un sujet de discussion pour la prévention et l’éducation.
Pour tout commentaire, vous pouvez écrire à guyfortin.ca@gmail.com ou passer par la page web guyfortin.ca.

Les commentaires sont fermés.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :